L’identification

305X305-05

.

L’identification

des minous et des minettes

est une obligation depuis

le 1er janvier 2012 …

.

 


.

Cat20 Depuis le 1er janvier 2012, selon la loi du 6 janvier 1999, tous les chats âgés de plus de 7 mois doivent être identifiés que ce soit par tatouage et/ou par puce électronique, alors que jusqu’à présent cette identification n’était obligatoire que lors d’une cession gratuite ou à titre onéreux. Déroger à cette obligation expose le propriétaire de l’animal à une amende de 4 ème classe …

L’identification consiste à lui attribuer un numéro de référence unique, valable tout au long de son existence. Ce numéro est sous forme de puce électronique ou d’un tatouage. Il est composé de 7 chiffres et lettres pour un tatouage et de 15 chiffres pour une puce électronique.

Cat20 A ce jour en France, si plus de 10 millions de chats ont déjà fait l’objet d’une identification, par contre 80 % de la population féline ne le sont toujours pas ! Cette identification présente plusieurs avantages. En cas de perte, notamment en période de vacances, un minou identifié a toutes les chances d’être restitué à son propriétaire, pouvant ainsi éviter son euthanasie. De même, cette identification doit également permettre de limiter le nombre des chats abandonnés qui se reproduiront dans des conditions non contrôlées.

Cat20 Enfin si le coût d’une identification représente un coût non négligeable, il faut avoir à l’esprit que prendre un animal de compagnie nécessite des frais incontournables et que eu égard à une durée de vie pouvant atteindre 20 ans, cette dépense n’est absolument pas excessive. De même, c’est un geste de respect pour son compagnon que lui donner une identité.

Cat20 Les avantages de la puce électronique :

 La localisation à la base du coup se repère facilement,

 Elle ne s’altère pas avec le temps et elle est infalsifiable,

 La pose de la puce électronique est indolore et elle est réalisée sans anesthésie.

 

Logo-Animé-Sos-Chats-LibresCliquez sur les 4 minous pour revenir à la page d’accueil

.

.